Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
FIGURES HERMINOISES

le samedi 18 mars 1916

18 Mars 2016 , Rédigé par Charles Antoine Verly Publié dans #14-18, #Saint Juire

Victor Auguste LAURENT : Il est né le 21 juin 1870 à Saint Juire. La famille de sa mère est principalement originaire de Saint Vincent Puymaufrais. Son père HENRI Constant m'a obligé à une longue recherche pour comprendre son parcours. Il est né le 23 décembre 1833 à Saint Martin Lars, il est déclaré par la sage-femme sous le nom de Constant HENRI, ce qui n'empèche pas qu'il soit indiqué natif de Saint Vincent Puymaufrais dans de nombreux documents. En 1841 il est à Saint Vincent Puymaufrais dans la famille de Pierre LAURENT marié en 1837 à Puymaufrais avec Marie Madeleine BOUDAUD. En 1846 et en 1851 on le trouve domestique dans la famille PARION, toujours à Puymaufrais sous le nom de LAURENT Constant avec la mention enfant naturel en marge du recensement.

Il se marie en 1863 à Saint Vincent Puymaufrais avec Victoire GOILOT. Il avait 29 ans.

En 1866 il est toujours dans la même commune mais il est recensé sous le nom de CONSTANT Henri. Sa fille aînée porte le même patronyme. (Elle a été déclarée à l'Etat Civil en 1864 Henriette "Marie" Pauline Victorine HENRI. Sa seconde fille née en mai de la même année sera déclarée sous le patroyme HENRI. On peut cependant penser à une erreur de l'agent de recensement qui a inversé le nom et le prénom.

En 1872 on le retrouve à Saint Juire sous le nom de Henri LAURENT, né à Puymaufrais et en 1878 sous le nom de LAURENT Henri Constant.

Ensuite il s'installe à La Réorthe en 1886 il est nommé LAURENT Constant dans le Recensement.

Il décède à la Réorthe en 1904 et l'acte indique qu'il est le fils de Pierre LAURENT et Madeleine BOUDAUD.

Dans toute cette périglination il exerçait la profession de cantonier.

Vous pouvez trouver dans la généalogie jointe à cet article l'ascendance de Pierre Laurent et Marie Madeleine BOUDAUD, mais je n'ai pas voulu les considérer comme les parents de HENRI Constant, par manque de preuve certaine de cette filiation. Cependant elle me parait assez probable.

Le couple LAURENT ou HENRI - GOILOT aura 5 enfants. La Fille aînée Henriette "Marie" Pauline Victorine se mariera a Pierre SOULARD. Leur fils Marc meurt de la grippe espagnole en 1918 il est sur le Monument de Saint Martin Lars et sur celui de la Réorthe.

La seconde fille "Pauline" Julie Eugénie se mariera a Pierre CHOYAU. Leur fils Louis est tué en 1915.

Le troisième enfant Victor Auguste fait l'objet de cet article. Il épouse Appolonie Elise VEQUEAU le 5 juillet 1897 à Saint Martin Lars. Il exerçait la profession de maçon au moins depuis 1891 à la Réorthe. Il habite successivement à Saint Martin Lars en février 1898, à Saint Etienne de Brllouet en décembre 1898, à Thiré en mars 1901 et à Saint Juire en février 1904. Le couple aura au moins deux enfants : On trouve leur trace grâce au recensement de Saint Juire en 1911. L'aîné est Aldemir Louis Alexandre Elie né à Saint Juire en 1899 et le second, Florentin né en 1903 aussi à Saint Juire. En fait nous sommes encore en présence d'erreur de l'agent chargé du Recensement : La mère qui est née à Saint Martin Lars est indiquée native de Saint Laurent de la Salle et le fils ainé est indiqué natif de Saint Juire alors qu'il est de Saint Etienne de Brillouet. De quoi bien brouiller les pistes ! Ces deux enfants seront "adoptés par la nation" en 1920

Le quatrième Clémence décèdera à Sainte Gemme la Plaine en 1933, probablement célibataire

Le dernier Eugène est décédé à Sainte Hermine en septembre 1911 à l'age de 31 ans.

.

La carrière militaire de Victor Auguste est décrite dans le registre des Matricules de 1890 page 569/778 sous le matricule 872.

Il est incorporé au 153° Régiment d'Infanterie à compter du 12 novembre 1891.

Il est nommé première classe le 17 octobre 1893.

Il est mis en disponibilité le 26 septembre 1894, avec un certificat de bonne conduite. Il est alors affecté au 137° RI.

Il est classé non affecté du service vicinal de la Vendée comme cantonnier à Saint Juire le 7 novembre 1904.

Il effectue deux périodes d'exercices dans ce régiment en 1897 et 1900.

Il est convoqué au 6° Régiment de Genie, Camp des cantonniers, le 3 septembre 1915

Il décède en service commandé le 18 mars 1916 à Naives (Meuse).

Il avait 45 ans.

Il figure sur le monument de Saint Juire.

.

Ne l'oublions pas

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article