Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
FIGURES HERMINOISES

Le samedi 26 février 1916

26 Février 2016 , Rédigé par Charles Antoine Verly Publié dans #14-18, #Sainte Hermine

Louis Pierre François FAUCHER : Il est né le 21 août 1880 à Sainte Hermine. Il exercait la profession de menuisier tout comme son père.

Il se marie le 16 novembre 1907 à Marie Claire Louise KEMPYNCK, originaire de Luçon.

.

Sa carrière militaire est décrite dans le registre des Matricules de 1900 page 45/247 sous le matricule 1524.

Il est ajourné en 1901 pour "faiblesse" mais l'année suivante il est incorporé au 93° Régiment d'Infanterie le 16 novembre.

Il est mis en disponibilité le 18 septembre 1904, avec un certificat de bonne conduite.

Il est dispensé d'office de la période d'exercices de 1907 mais effectue celle de 1911.

Il est affecté au 3° Régiment d'Infanterie Coloniale le 14 janvier 1914.

Il est rappelé à l'activité par le décret de mobilisation générale le 1° août 1914.

Il disparait en mer, avec 1100 de ses camarades lors du torpillage de la Provence II en Mer Méditérannée.

Il avait 35 ans.

Il est déclaré décédé par jugement du Tribunal de 1° instance de Cherbourg en date du 23 aôut 1917. Ce Jugement de décès est transcrit à Cherbourg le 6 septembre 1917. Il figure sur le Monument aux Morts de Sainte-Hermine.

.

Ne l'oublions pas

Jugement du Tribunal de Cherbourg :

République Française,

Au nom du peuple Français Le Tribunal Civil de Première Instance de l'arrondissement de Cherbourg a dans son audience publique du vingt-trois Août mil neuf cent dix-sept, rendu le jugement dont suit la teneur.

Le Tribunal ouï Monsieur Blaizot Juge en son rapport, le ministère Public Entendu et après en avoir délibéré conformément à la loi.

Vu la requête présentée par Monsieur le procureur de la république, les faits y exposés et les pièces à l'appui. Attendu que le vingt-six février mil neuf cent seize le croiseur auxiliaire Provence II allant de Toulon à Salonique a été torpillé par latitude trente-six degrés N et longitude vingt-un degrés quinze Est (greenwich) qu'il a coulé en quelques minutes et qu'une partie seulement de l'équipage et des troupes embarquées comme passagers a pu se réfugier sur les canots ainsi que sur les radeaux ou il furent recueillis le lendemain par les bâtiments de la division des patrouilles.

Attendu que les circonstances de la catastrophe, l'éloignement de la côte et que le fait que les patrouilleurs ont croisé sur les lieux du sinistre longtemps après, ne laissent aucun doute sur la réalité de la mort des disparus, dont il y a lieu de constater judiciairement le décès. Attendu que par jugement en date du vingt sept Février mil neuf cent dix-sept, le Tribunal de ce siège a constaté le décès de cent trente-neuf marins victimes de ce naufrage, que depuis lors le département de la guerre a communiqué au Ministre de la Marine une première liste de militaires disparus au nombre de sept cent soixante-onze en demandant qu'elle fut dés maintenant soumise au Tribunal compétent, une seconde liste devant faire l'objet d'un autre envoi lorsque tous les renseignements d'état civil auront pu être réunis :

Attendu d'autre part qu'il résulte de constatations récemment faites, que la liste dressée à Cherbourg le sept septembre mil neuf cent seize qui a servi de base au jugement du vingt-sept février et qui indiquait comme marin passager manquant Monsieur le capitaine de Vaisseau Reveille a omis de mentionner un second officier de vaisseau également passager et disparu,

Monsieur le lieutenant de Vaisseau Capin. Par ces motifs Déclare constants par suite de leur disparition en mer le vingt-six février mil neuf cent seize dans le naufrage de la Provence II: le décès des sept cent soixante-douze personnes dont les noms suivent et dont la disparition a été déclarée conformément à l'article quatre vingt-huit du code civil par Monsieur le Ministre de la Marine, le vingt quatre avril mil neuf cent dix sept...

Sources : http://envelopmer.blogspot.fr/2015/04/torpillage-du-croiseur-auxiliaire.html

Alphonse Alfred Auguste GABORIT : Il est né le 12 novembre 1890 à la Jaudonnière. Ses deux parents sont natifs de la Jaudonnière.

.

Sa carrière militaire est décrite dans le registre des Matricules de 1910 page 97/816 sous le matricule 1051.

Il est incorporé au 4° Bataillon de Chasseurs à pied à compter de 10 octobre 1911.

Il passe dans la réserve en octobre 1913, avec un certificat de bonne conduite.

Il est affecté au 3° Régiment d'Infanterie Coloniale le 14 janvier 1914.

Il est rappelé à l'activité par le décret de mobilisation générale le 1° août 1914.

Il disparait en mer, avec 1100 de ses camarades lors du torpillage de la Provence II en Mer Méditérannée.

Il avait 25 ans.

Il est déclaré décédé par jugement du Tribunal de 1° instance de Cherbourg en date du 2 octobre 1917. Ce Jugement de décès est transcrit à Cherbourg le 12 octobre 1917. Il figure sur le Monument aux Morts de la Jaudonnière.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article